manga, film, animé
Les Manga sont-ils violents et débiles ?


"Oui", vous répondront de nombreuses personnes, pour qui les manga sont synonymes de sexe et de violence. Ces mêmes personnes préféreront emmener leurs enfants voir au cinéma le dernier film de chez Disney, plutôt qu'un dessins-animés japonais, par pur préjugé.

GoldorakAlors, les manga sont-ils condamnables ?
Pour répondre à cette question, faisons un retour en arrière, un retour qui nous conduit à l'époque du Club Dorothée.
Avant cette émission, les manga étaient déjà présents en France. Les plus vieux d'entre vous se souviendront des séries comme Albator, Goldorak ou Capitaine Flam, mais ces séries n'étaient presque pas sujettes à ce genre de critiques.
Il y a donc plus d'une décennie, Dorothée eut la bonne et la mauvaise idée de diffuser des dessins-animés tel que Les Chevaliers du Zodiaque ou Ken le Survivant, où l'on pouvait voir un déferlement d'hémoglobine et d'agressivité, au sein d'une émission pour jeunes, ce qui choqua nombre de parents, qui prétendaient que ce genre de programme déstabilisait l'épanouissement émotionnel de l'enfant !
Quoi qu'il en soit, et malgré de nombreuses censures, le Club Dorothée véhicula une bien mauvaise image de l'animation nipponne...

En 1945, après la guerre, les Japonais avaient besoin de distraction bon marché. C'est ainsi que naquit la BD japonaise, dignement représentée par Osamu Tezuka, le père du manga moderne.
De nos jours, force est de constater que les manga sont au Japon ce que le kung-fu est à la Chine, c'est-à-dire un mode de vie.
Sur l'archipel nippon, tous les style de manga sont présents afin de contenter la population. Ainsi, on trouve des histoires mettant en scène des étudiants, mais aussi des professeurs, des hommes d'affaires, des super-héros, des animaux, des personnes âgées, etc. Il s'agit ici d'un art complet représentatif du Japon d'après-guerre et moderne.
Ainsi, et le plus naturellement du monde, comme pour chaque art, les manga on vu tous les styles défiler, dont la violence et le sexe...
Ce sont ces deux aspects de la vie de tous les jours, que les manga entre autres représentent, qui sont mis en avant dans les peu nombreux documentaires télévisés traitant de ces derniers. Ainsi, pour certains, les bandes-dessinées japonaises sont violentes, débiles, érotiques, voire pornographiques.
Une telle désinformation est navrante et paradoxale, la France étant le deuxième pays consommateur de manga au monde. Heureusement, les choses se mettent à changer, et de grands artistes comme Hayao Miyazaki (Princesse Mononoké, Nausicaä, etc.) sont de plus en plus connus dans nos vertes contrées.

Les traductions de grands films ou de simple BD se font de plus en plus souvent, ce qui ouvre la porte au véritable talent des Japonais. Que ce soit Le Tombeau des Lucioles (Prix Unicef au Festival du Film de Moscou), Le Voyage de Chihiro (Ours d'Or au Festival du Film de Berlin) ou encore Ghost in the Shell (plébiscité par les plus grands noms du cinéma mondial), les manga prouvent l'immense savoir-faire des Japonais dans le domaine de l'animation.

Cette partie d'Asie Passion contient les critiques des plus grands dessins-animés du pays du Soleil-Levant ainsi que les biographies de grands dessinateurs japonais.
Je vous souhaite une bonne lecture et un très bon voyage dans le monde onirique du 8ème art nippon !

Chikai ûchi ni ! ("je dois y aller, à bientôt !")

Yaku


Les Autres Thèmes
Communiquer
-[ Recommander le site
-[ Livre d'Or
La rédaction
-[ Qui sommes-nous ?
-[ Partenariat et lien
-[ Contactez-nous
 

Copyright © 2000-2006 WebZine AsiePassion.com - Réalisation Bruckernet.com
Tous Droits Réservés. Si vous souhaitez exploiter le contenu et les photos du site, veuillez contacter le webmaster